Gestion, stockage intermédiaire et final des déchets (back-end)

GRI 103: Approche managériale (103-1, 103-2, 103-3)

Pertinence

La production d’électricité à partir de l’énergie nucléaire génère des déchets radioactifs. En tant qu’actionnaire de la KKG et de la KKL, Alpiq supporte une partie des coûts annuels conformément à sa part, qui comprend bien évidemment aussi les coûts de désaffectation et de démantèlement. Dans les deux aménagements, la protection de la population, des employés et de l’environnement contre les rayonnements ionisants est la priorité absolue. Cela inclut la gestion sûre des déchets radioactifs.

Approche managériale

Dans le cadre du traitement des déchets radioactifs dans les centrales nucléaires, il faut faire la distinction entre les déchets d’exploitation, le combustible utilisé et les déchets issus du retraitement. La sécurité et la santé des collaborateurs sont assurées par la mise en œuvre cohérente des dispositions adéquates: la directive ENSI-G15 définit les limites de radioprotection applicables en Suisse pour les collaborateurs et pour la population vivant à proximité de la centrale nucléaire. Ces limites sont contrôlées conformément à la directive ENSI-B09 et signalées à l'IFSN conformément à la directive ENSI-B03.

Déchets d’exploitation (classification de l'AIEA: déchets de faible activité et moyenne activité, FMA):

Des déchets opérationnels radioactifs (déchets bruts) sont régulièrement produits dans une centrale nucléaire à partir des systèmes de purification de l’eau et des systèmes de purification des gaz d’échappement et de l’air vicié. D’autres déchets proviennent du remplacement de composants lors de travaux de maintenance, de conversion ou de modernisation et des consommables utilisés pour cela.

Les déchets radioactifs bruts sont collectés, conditionnés par campagne et ensuite stockés temporairement. Les déchets non conditionnés présents dans une centrale nucléaire sont stockés dans des locaux prévus à cet effet dans la zone contrôlée.

Les processus suivants sont utilisés pour le conditionnement des déchets dans une centrale nucléaire: Incorporation de résines dans le polystyrène, cimentation de boues ou incorporation dans le bitume. Les déchets bruts combustibles et fusibles ou les filtres à air usés sont préparés en vue d'être traités dans le four à plasma du site d’entreposage temporaire (Zwilag) de Würenlingen. Tous les processus en Suisse sont soumis à une réception par type conformément à l’Ordonnance sur l’énergie nucléaire (OENu) et à la directive ENSI-B05. Les paquets de déchets conditionnés sont systématiquement stockés soit dans un entreposage temporaire d’Alpiq, soit au Zwilag.

Les déchets radioactifs des centrales nucléaires suisses sont enregistrés dans un système comptable électronique utilisé par tous les aménagements nucléaires suisses. Cela permet d’avoir accès à tout moment aux informations sur la quantité, le lieu de stockage et les propriétés radiologiques des déchets.

Le mesurage de libération inactif des matériaux de la zone contrôlée constitue un élément essentiel dans le cadre de la réduction des déchets radioactifs.

Eléments combustibles et déchets issus du retraitement (classification de l'AIEA: déchets de haute activité, HA):

Une fois déchargés définitivement du cœur du réacteur, les éléments combustibles usés sont stockés pendant plusieurs années dans la piscine d’entreposage de la centrale en vue de leur refroidissement. Pendant ce temps, la puissance thermique des éléments combustibles diminue considérablement et ils peuvent ensuite être stockés de manière optimale dans des récipients d'entreposage temporaire. Ces récipients d’entreposage sont construits selon des normes internationales. Leur homologation et leur stockage en Suisse sont conformes aux directives ENSI-G04 et ENSI-G05 de l'IFSN. La directive HSK-R-29 actuellement en vigueur sera bientôt remplacée par la directive ENSI-G04. Les récipients chargés sont transportés au Zwilag en vue de leur entreposage. Au cours de l’année sous revue, les transports suivants se sont effectués de la KKG et de la KKL vers le Zwilag.

Nombre de transports de matériaux radioactifs des centrales nucléaires vers le Zwilag:

Nombre de transports

FMA

HA / éléments combustibles

Centrale nucléaire de Gösgen

2

 

Centrale nucléaire de Leibstadt

9

3

Les prescriptions suisses relatives au transport de matières radioactives par route et par voie ferrée se fondent, entre autres, sur les règlements internationaux relatifs au transport routier (ADR) et ferroviaire (COTIF) des marchandises dangereuses. Les recommandations de l’AIEA pour le transport sûr des matières radioactives (IAEA SSR-6) s’appliquent à tous les modes de transport.

La gestion de l’eau, notamment des eaux usées, est définie de manière spécifique pour chaque centrale nucléaire dans les règlements concernant les rejets qui sont examinés et approuvés par l’IFSN. L’IFSN a publié les données pour les années 2019 et 2020 (données ANPA-EMI).

Evaluation

Afin de maintenir la cohérence avec les informations du rapport de surveillance 2019 de l’IFSN, les informations suivantes concernent l’année civile 2019. Celles de 2020 seront publiées par l’IFSN à la mi-2021.

En 2019, toutes les limites de radioprotection ont été respectées, ce qui a permis de garantir la sécurité et la santé des collaborateurs. La gestion sûre des déchets radioactifs a atteint ses objectifs.

Le tableau suivant énumère les déchets produits à la KKG et à la KKL. En 2019, l’on a compté aucun retour en Suisse de déchets de moyenne activité à vie longue (MA-VL) ou de haute activité (HA) provenant du retraitement d’éléments combustibles usés. Toutes les obligations relatives à la reprise de déchets issus du retraitement ont été respectées.

Données nucléaires 2019 sur le back-end (ces données se réfèrent à la quantité totale et ne sont pas échelonnées en fonction des pourcentages de participations).

 

FMA non conditionnés en m 3

FMA conditionnés en m 3

MA-VL en m 3

HA en m 3

Combustible déchargé en t

Combustible transporté au Zwilag en t

Centrale nucléaire de Gösgen

17

10

-

-

24,8

-

Centrale nucléaire de Leibstadt

55

11

-

-

33

63,2

Aucune centrale nucléaire suisse dans laquelle Alpiq détient des parts ne provoque un réchauffement significatif d’un cours d’eau. La KKG et la KKL sont toutes deux refroidies par les tours aéroréfrigérantes et non par les cours d’eau adjacents. L’eau des tours de refroidissement provient de ces cours d’eau et la réintroduction de l’eau de refroidissement cause un réchauffement léger, mais non significatif, de ces cours d’eau. Pendant les périodes de forte chaleur estivale qui entraîne un réchauffement élevé des cours d’eau, les centrales nucléaires réduisent leur puissance pour rester en dessous des seuils réglementaires.

Ce site utilise des cookies. En continuant à utiliser ce site, vous consentez à l'utilisation de cookies.Déclaration de Confidentialité