Dimension sociale

GRI 403: Santé et sécurité au travail

GRI 103: Approche managériale (103-1, 103-2, 103-3)

Pertinence

La sécurité au travail et la protection de la santé (STPS) ainsi que la protection de l’intégrité physique et mentale des collaborateurs et des tiers sont, au sens d’Alpiq, des valeurs qui doivent être protégées à tout prix. C’est pourquoi Alpiq s’efforce constamment de prendre toutes les mesures nécessaires pour atteindre cet objectif.

Les points suivants reflètent l’état actuel de la gestion de la STPS telle qu’elle est essentiellement réalisée au niveau local pour chaque site.

Approche managériale et évaluation

Il n’existe à l’heure actuelle aucun système de gestion commun pour la STPS au niveau du groupe. Cependant, les entreprises nationales qui exploitent les centrales à gaz à cycle combiné en Italie, en Espagne et en Hongrie ont toutes des systèmes de gestion certifiés conformément à la norme OHSAS 18001 ou ISO 45001.

D’autres entreprises de centrales électriques utilisent un système de gestion non certifié pour la gestion des questions de santé et de sécurité.

Dans le cadre de leurs obligations générales, les employeurs de tous les pays dans lesquels Alpiq opère sont tenus de procéder à des évaluations des risques en matière de sécurité au travail et assument la responsabilité globale de l’identification, de l’évaluation et du contrôle des risques. C’est pourquoi des évaluations de risques spécifiques aux sites et aux technologies ont été mises en place conformément aux dispositions de la législation locale. En outre, des évaluations de risques supplémentaires sont effectuées, le cas échéant, en ce qui concerne les risques d’interférence avec des entreprises étrangères.

Les évaluations de risques sont préparées par des personnes qualifiées, qui font appel à des conseillers externes si nécessaire. Les documents sont révisés régulièrement à l’occasion de l’introduction de nouveaux équipements de travail, de nouvelles machines ou de nouvelles substances; lors de la modification des procédures de travail qui pourraient entraîner de nouveaux dangers; ou à la suite de connaissances acquises à la suite d’un accident ou d’un quasi-accident.

La déclaration des incidents et des situations dangereuses est effectuée pour tous les sites conformément aux procédures locales prévues dans le système de gestion respectif. L’objectif général est d’améliorer la culture de déclaration dans l’ensemble du groupe Alpiq, y compris les déclarations par les travailleurs des entreprises externes.

Tous les incidents, y compris les quasi-accidents, font l’objet d'une enquête. L’objectif est d’identifier les causes sous-jacentes et de prendre les mesures correctives appropriées pour éviter la reproduction d’un incident similaire. L’importance des enquêtes pour Alpiq ne revient pas à trouver des responsables, mais plutôt à identifier les défaillances dans le processus de sécurité.

L’année 2020 a été principalement marquée par la pandémie de COVID-19. La protection de la santé des employés était une priorité absolue et toutes les mesures de protection nécessaires ont été systématiquement mises en œuvre. Ainsi, toutes les centrales électriques ont fonctionné conformément aux plans d’urgence et dans le respect des instructions des autorités locales. Outre les mesures d’hygiène habituelles, des mesures supplémentaires ont été introduites lorsque cela s’est avéré nécessaire: entre autres, la séparation stricte des équipes, l’utilisation obligatoire de masques de protection répondant à la norme de sécurité FFP2, l’installation d’appareils de mesure de la température corporelle et les tests réguliers au sein du personnel d’exploitation. La plupart des événements ont été annulés ou remplacés par des conférences en ligne. Grâce aux mesures adoptées, les infections parmi les employés ont été strictement limitées. Les rares cas d’infection notés sont survenus dans la grande majorité suite à des contacts privés.

GRI 403-3: Services de santé au travail

La surveillance de la santé dans les centrales d’Alpiq est effectuée par des médecins du travail conformément à la législation nationale. En outre, les supérieurs hiérarchiques doivent veiller à ce que l’état physique général des collaborateurs soit contrôlé et défini comme étant adapté à l’exécution des différents travaux dans les centrales électriques. Par exemple, pour monter sur une éolienne, tous les collaborateurs d’Alpiq concernés sont tenus de passer un examen de santé au travail pour les «travaux en hauteur comportant un risque de chute», même si la loi ne l’exige pas. De plus, Alpiq veille à ce que chaque collaborateur reçoive une formation appropriée sur les questions de STPS.

Sur les sites d’Alpiq, il y a de nombreux travailleurs qui ne sont pas des employés d’Alpiq. Ces prestataires sont donc soigneusement sélectionnés en tenant compte de critères de sécurité au travail, et la plupart d'entre eux possèdent des normes de sécurité certifiées (par exemple HYDRO Exploitation, Vestas, Gamesa, etc.).

GRI 403-9: Accidents du travail

Aucune forme consolidée de déclaration d’accident n’a encore été introduite au niveau du groupe. Les déclarations sont établies par les organisations nationales conformément aux exigences des compagnies d’assurance accident locales respectives.

C’est pourquoi seuls les chiffres absolus des accidents sont communiqués pour 2020. En outre, Alpiq n’est actuellement pas en mesure de collecter auprès d’entreprises tierces des données officielles sur les nombres d’accidents du personnel d’exploitation. Néanmoins, aucun accident majeur causant un arrêt du travail n'est déclaré sur les aménagements d’Alpiq.

En 2020, le Groupe Alpiq a compté au total cinq accidents du travail, mais aucun accident grave. Ce faible nombre d’accidents du travail reflète le niveau élevé de sensibilisation à la sécurité. Alpiq s’efforce de maintenir le nombre d’accidents du travail au moins à ce faible niveau.

Ce site utilise des cookies. En continuant à utiliser ce site, vous consentez à l'utilisation de cookies.Déclaration de Confidentialité